Actualités

IMPORTANT
Assemblée Générale
Mercredi 14 Mars 2018
salle polyvalente

18H

Flash info

FR3 Aquitaine parle de Solid'Air et de l'opération Fioul

Actualités

Le Petit Report'Air

Bulletin n°18

Associations vous avez une information à communiquer dite le nous , nous la publirons.

Particuliers vous souhaitez passer une petite annonce ? Solid'Air vous aide en la publiant sur notre site c'est gratuit ! uitiser le formulaire de contact

Renseignements :

SOLID'AIR
7 Le Petit Chalbat
33660 PORCHERES

 

Téléphone : 06 95 80 57 81
contact@solid-air-porcheres.fr

 

Notre formulaire de contact

Quand les bananes mûrissaient à Porchères...

« Max » au musée de Porchères,

Un beau jour de septembre 1994, Marie-Claude Gautrias, qui dirigeait alors le musée de Porchères, fermé depuis, accueillit un ancien marin.

 

Voici son histoire. Jean Joseph Lautrette, dit « Max », est né à Porchères en 1900, au lieu-dit Larrêt. Il est placé à l’adolescence en apprentissage, auprès d’un mécanicien spécialisé dans les vélos, puis auprès de deux maréchaux-ferrants.

A 19 ans, Max fait son service militaire dans la marine. A l’époque, les jeunes hommes partaient pour trois ans, et Max revient donc à Porchères à 22 ans. Mais il repart bientôt, cette fois dans la marine marchande, jusqu’à l’âge de 40 ans.
Il enchaîne alors les voyages, aux destinations exotiques : le Brésil, l’Argentine, l’Uruguay, Cuba (la Havane), d’où il rapporte des bananes vertes et des ananas que sa mère faisait mûrir... sur le coin de la cheminée familiale.


Max navigue sur le Massilia, le fameux paquebot (voir encadré), qui fait l’aller-retour en 33 jours, avec des escales en Espagne et au Portugal.
Jean Lautrette a aussi fait le circuit au départ de Dunkerque passant par le Suède, la Finlande et l’Angleterre, avant de revenir à Bordeaux, sur un cargo de la Compagnie des Chemins de Fer de l’Orléanais (!), pendant deux ans.


Enfin, c’est sur le « Dalny », un cargo des Chargeurs Réunis qu’il part de Bordeaux jusqu’en Indochine (Saïgon, Haïphong) et à Java, puis retourne en Angleterre avant de revenir décharger au Havre. Il rapportait alors du sucre roux en sacs de 25 kg.

Jean Lautrette était mécanicien et ne connaissait pas toujours la nature du chargement. C’est ainsi que lors d’un voyage, il allait avec ses camarades fumer des cigarettes sur le pont, assis sur des caisses en bois, bâchées. A l’arrivée, il découvrit avec stupeur que ces caisses contenaient… des explosifs !


Ce marin de Porchères (distance à la mer : 90 km à vol d’oiseau) a terminé sa carrière dans le port de Bordeaux, comme pompier, mais aussi sur les dragues, ces bateaux qui entretiennent les chenaux de navigation dans la Garonne et dans l’estuaire de la Gironde.

Avec l’aimable autorisation de Mme Monset

Le Massilia était un paquebot de la Compagnie de Navigation Sud-Atlantique Lancé en 1914, il est long de 182,63 m et large de 19,57 m et peut transporter 1°000 passagers.

Il assure la ligne d’Amérique du Sud de 1920 à juillet 1939. Il est alors réquisitionné et utilisé pour le transport de troupes jusqu’en 1940.
Le Massilia appareille en effet le 21 juin du port du Verdon, en aval de Bordeaux, soit quatre jours après la formation du gouverne-ment Pétain et la veille de la signature de l'armistice. A son bord se trouvent 27 parlementaires hostiles au maréchal Pétain, le nouveau Président du Conseil. Parmi eux, Edouard Daladier, Georges Mandel, Pierre Mendès-France, Jean Zay, tous anciens ministres et Présidents du Conseil. L’objectif est de constituer un nouveau gouvernement français en exil, qui continuerait la guerre contre les Allemands depuis l’Afrique du Nord.
Le Massilia arrive à Casablanca le 24 juin. Une foule hostile attend les célèbres passagers sur le quai. Les officiers de réserve, comme Mendès-France et Jean Zay, sont considérés comme des déserteurs, et rapatriés en France où ils sont jugés et condamnés comme tels.D’autres, comme Daladier et Mandel, sont accusés d’être responsables de la défaite et jugés au cours du procès de Riom en 1942. Mandel, livré aux nazis, puis à la Milice française, est assassiné en 1944. Les autres condamnations sont annulées en 1946.
De retour à Marseille en mars 1941, Le Massilia rapatrie des troupes au Liban et en Syrie, puis sert de navire-école aux Chargeurs Réunis.
En août 1944, il est mouillé sur l’étang de Berre quand les Allemands le capturent pour le couler dans la passe Nord, afin de bloquer l’entrée du port de Marseille. Irrécupérable, il sera détruit à la dynamite.

 

Pour en savoir plus :
http://maitres-du-vent.blogspot.com/search/label/Massilia
http://www.memoire-net.org/article.php3?id_article=144
http://estuairegironde.pagesperso-orange.fr/estuaire-page4-pointe-de-grave.htm
http://fr.wikipedia.org/wiki/Massilia_%28paquebot%29

Version imprimable Version imprimable | Plan du site Recommander ce site Recommander ce site
© Association solid'Air Porchères